Profil de Lievrouw-Luk

  • Lievrouw-Luk

    M. Luk Lievrouw

    Prénom-Nom: Lievrouw-Luk

Date de naissance
04 Fév 1948
Pays, ville
Belgique, Deinze

A propos de moi

Suivre ce qui se passe dans le monde des mandarins.
Aider les éleveurs avec mon expérience.
Promouvoir notre passion: les mandarins.
Promouvoir mon club le BZC.

Derniers billets publiés par le membre

  • Les graines et leur valeur nutritive

    Introduction

    L'explication de Dr. Ghysels prouvait clairement qu'un mélange standard est insuffisant (cf. article : La nourriture des oiseaux ) pour couvrir les besoins en nourriture des oiseaux. Cette constatation formait pour moi-même le départ de la recherche des caractéristiques des graines courantes. Voici donc ci-dessous mes trouvailles.

    L'alpiste (de canaris)

    Alpiste

    L'alpiste de canaris forme la partie principale des mélanges courants. Cette graine est classée sous les herbacées. On l'appelle aussi l'alpiste blanc.
    Cette graine est riche en oligo-éléments et en acides aminés comme la leucine et l'arginine. La cystine manque.

    Les valeurs moyennes :

    Humidité 12,8 %
    Protéine brute 15,1 %
    Matière grasse 6,1 %
    Oligo-élément 56 %
    Cellulose brute 5,3 %
    Calcaire 0,05 %
    Phosphore 0,55 %


    Le millet

    Millet

    On distingue le millet et le panicum. D'un point de vue scientifique, les deux grains ne forment qu'une famille. La forme est ronde.
    Le millet jaune est le plus connu de la famille. Il contient beaucoup d'oligo-éléments. Le millet blanc est plus grand que le jaune, mais il n'est pas si dur.
    Le millet rouge est très dur, mais il contient beaucoup d'oligo-éléments.
    Le millet du Japon est celui qui contient la plus grande proportion de protéine.
    Le millet du Sénégal est un autre nom pour le millet jaune.
    Le millet contient beaucoup des protéines du type leucine.

    Les valeurs moyennes :

    Humidité 12,7 %
    Protéine brute 11,1 %
    Matière grasse 3,7 %
    Oligo-élément 59,8 %
    Cellulose brute 8,9 %
    Calcaire 0,03 %
    Phosphore 0,32 %
  • Les formes de la dominance

    Un peu d’histoire

    Comme nous le savons aujourd’hui, Gregor Mendel, connu surtout pour ses expériences avec les pois, a été à la base de la génétique. Il a démontré par ses expériences que s’il croisait deux pois (F1) ayant des caractéristiques différentes comme la couleur de la fleur, la taille des feuilles…  Alors les issus (F2) gardaient les caractéristiques d’un seul parent. Toutes les fleurs de ces jeunes pois avaient la même couleur et la même taille de feuilles.
    C’est comme s’ils avaient «perdu» l’une des propriétés. Lorsqu’il a croiséentre eux ces jeunes pois F2, les caractéristiques F1 sont réapparues parmi les issus de la génération F3. Mendel a appelé ces caractéristiques montrées par les F2 : Dominant. Et les caractéristiques cachées chez les F2 ont été nommées récessif.

    Actuellement nous appelons encore cela dominant et récessif. Cependant nous savons que  Mendel a découvert la «dominance complète». Il existe en effet d’autres formes de dominance. Nous connaissons déjà ces formes donc nous apporterons surtout quelques dispositions à retenir.

    Quelques concepts

    Nous savons que les gènes sont porteurs de caractéristiques et que ces gènes sont situés sur les chromosomes. Il existe des gènes s’occupant de la couleur des yeux, la couleur des pattes, la taille du bec… Les chromosomes se situent dans les cellules du corps : Ils sont stockés dans le noyau de chaque cellule. Dans chaque noyau de chaque cellule se trouvent les gènes pour la couleur des yeux, la
    couleur des pattes, la taille du bec... Cependant, le fonctionnement des gènes «couleur des yeux» se manifeste uniquement dans les yeux. Dans les pattes, les gènes «couleur de yeux» ne se manifestent pas. Chaque cellule «sait» donc où elle se situe dans le corps et quels gènes elle doit activer.
    Les chromosomes vont par paire, tous les gènes se retrouvent par paire. Pour le gène de la couleur des yeux, nous avons donc deux gènes. Ceci vaut également pour la couleur des pattes, la taille du bec... Ces deux gènes pour la couleur des yeux peuvent provoquer une couleur des yeux bleue. Il est également possible qu’un gène s’occupe de la couleur bleue et l’autre d’une couleur brune. (ce qui ne signifie pas que l’être aura un œil bleu et l’autre brun, le brun des yeux est dominant sur le bleu, donc les deux yeux seront bruns).

    Les formes de la dominance 1 Les formes de la dominance 2