Les formes de la dominance

Un peu d’histoire

Comme nous le savons aujourd’hui, Gregor Mendel, connu surtout pour ses expériences avec les pois, a été à la base de la génétique. Il a démontré par ses expériences que s’il croisait deux pois (F1) ayant des caractéristiques différentes comme la couleur de la fleur, la taille des feuilles…  Alors les issus (F2) gardaient les caractéristiques d’un seul parent. Toutes les fleurs de ces jeunes pois avaient la même couleur et la même taille de feuilles.
C’est comme s’ils avaient «perdu» l’une des propriétés. Lorsqu’il a croiséentre eux ces jeunes pois F2, les caractéristiques F1 sont réapparues parmi les issus de la génération F3. Mendel a appelé ces caractéristiques montrées par les F2 : Dominant. Et les caractéristiques cachées chez les F2 ont été nommées récessif.

Actuellement nous appelons encore cela dominant et récessif. Cependant nous savons que  Mendel a découvert la «dominance complète». Il existe en effet d’autres formes de dominance. Nous connaissons déjà ces formes donc nous apporterons surtout quelques dispositions à retenir.

Quelques concepts

Nous savons que les gènes sont porteurs de caractéristiques et que ces gènes sont situés sur les chromosomes. Il existe des gènes s’occupant de la couleur des yeux, la couleur des pattes, la taille du bec… Les chromosomes se situent dans les cellules du corps : Ils sont stockés dans le noyau de chaque cellule. Dans chaque noyau de chaque cellule se trouvent les gènes pour la couleur des yeux, la
couleur des pattes, la taille du bec... Cependant, le fonctionnement des gènes «couleur des yeux» se manifeste uniquement dans les yeux. Dans les pattes, les gènes «couleur de yeux» ne se manifestent pas. Chaque cellule «sait» donc où elle se situe dans le corps et quels gènes elle doit activer.
Les chromosomes vont par paire, tous les gènes se retrouvent par paire. Pour le gène de la couleur des yeux, nous avons donc deux gènes. Ceci vaut également pour la couleur des pattes, la taille du bec... Ces deux gènes pour la couleur des yeux peuvent provoquer une couleur des yeux bleue. Il est également possible qu’un gène s’occupe de la couleur bleue et l’autre d’une couleur brune. (ce qui ne signifie pas que l’être aura un œil bleu et l’autre brun, le brun des yeux est dominant sur le bleu, donc les deux yeux seront bruns).

Les formes de la dominance 1 Les formes de la dominance 2
 

Ce bleu et ce brun sont appelés en génétique «allèles» pour la couleur des yeux. Les allèles sont les valeurs différentes qu’un gène peut prendre. Pour la couleur des yeux, l’allèle brun domine l’allèle bleu. Le bleu est dit "récessif".

Notez que nous parlons toujours d’un seul gène. Les concepts allèle, dominant, récessif n’ont un sens que dans le contexte d’un seul gène. Un allèle peut aussi avoir plusieurs valeurs : Les yeux peuvent être bruns, verts, bleus. D’une paire de 2 gènes ayant la même valeur allèle (par exemple 2 x brun) nous dirons qu'ils sont : Homozygote. En présence de 2 allèles différents (p. ex. 1 x brun et 1 x bleu) nous dirons "hétérozygote" pour le gène de la couleur des yeux.
Les gènes s’occupent donc de la couleur des yeux, de la couleur des pattes, la taille du bec... Ces yeux, pattes, bec sont les effets de ces gènes. L’effet de tous ces gènes de toutes les cellules est appelé phénotype : Soit l’apparence de la créature. Les valeurs de ces allèles des gènes de cet être est appelé génotype.

Dominance complète

Chez un être hétérozygote en cas de dominance complète, l’effet de l’allèle dominant sera visible dans le phénotype.  Un être ayant un allèle brun et un allèle bleu sera d’apparence yeux bruns. chez un être homozygote ( pour exemple 2 allèles bleus) cette valeur allèle est apparente dans son phénotype. Chez un être avec des yeux bleus on est donc certain que les deux allèles ont la valeur "bleu"  Chez un être ayant les yeux bruns, les 2 allèles peuvent avoir la valeur "brun" ou 1 allèle la valeur "brun" et l’autre la valeur "bleu"; ou 1 allèle "brun" et 1 allèle "vert". Dans ces 2 derniers cas, une seule chose est certaine : Au minimum 1 allèle a la valeur "brun".

Dominance incomplète

Chez cette forme de dominance, le phénotype d’un hétérozygote est intermédiaire entre les deux allèles différents. Beaucoup appellent cela un mélange d’allèles. Ce phénomène arrive plus fréquemment dans le monde des plantes. Chez les plantes comme le muflier où les variantes rouge et blanche existent, nous retrouvons aussi la variante rose. Les fleurs homozygotes sont soit rouges soit blanches. Mais l’allèle rouge est dominant sur l’allèle blanc, et se manifeste par une fleur rose chez la variante hétérozygote. Dans ce cas, on parle de "dominance incomplète".

Les formes de la dominance 3

Codominance

Cette forme est similaire à la forme "dominance incomplète". Mais l’effet sur le phénotype est entièrement différent. Les deux allèles  s’expriment en codominance. Chez le sang humain, il existe trois variantes: A, B et O. Les allèles A et B sont dominants. L’allèle O est récessif par rapport à A et B. Ces allèles A et B fournissent un antigène différent sur les globules rouges. Une personne ayant le groupe AB (hétérozygote A et B) dispose de globules rouges avec un antigène du type A et 1 antigène du type B  dans la même cellule. Notons ici que A et B sont présents dans la même cellule (voir illustration).

Note : les antigènes sont des molécules qui sont capables d’induire une réponse au système immunitaire. C’est la raison pour laquelle le groupe sanguin du receveur doit être connu. S’il reçoit un autre groupe que le sien, alors le sang reçu est attaqué par son propre système immunitaire.

Les formes de dominance 4

Pseudo-dominance

Dans la dominance complète, nous avons donné l’exemple de la couleur des yeux : La couleur brune supplante les autres possibilités bleue ou verte dans le phénotype.  Seul un croissement ultérieur (et ses résultats) pourrait donner une réponse définitive de savoir si ces yeux bruns cachaient bleu ou vert.
Avec la pseudo-dominance, nous voyons le même effet dans le phénotype. Le résultat est le même: Un allèle refoule l’effet de l’autre. Alors où se situe la différence? Si l’un des allèles (habituellement le dominant) est couplé à un facteur létal alors la pseudo-dominance apparait. Ce phénomène arrive chez les drosophiles.

Les formes de la dominance 5

Les drosophiles sont le sujet favori des chercheurs en hérédité. Chez ces drosophiles il existe un mutant avec des ailes bouclées (curly). La forme contraire  à des ailes lisses. L’allèle "bouclé" est dominant sur l’allèle "lisse". Lorsqu’on croise deux sujets avec l’allèle bouclé, en génération F2 nous obtenons : 2 jeunes avec les ailes bouclées et 1 avec les ailes lisses. En cas de dominance complète nous aurions obtenu 3 avec ailes bouclées et 1 avec ailes  lisses. Chez les drosophiles un facteur létal fait en sorte qu’un des jeunes meurt dans l’œuf. Il n’existe jamais de drosophiles homozygotes avec des ailes bouclées. La distinction entre dominance complète et pseudo-dominance, peut uniquement s’établir par une précision très sérieuse au niveau des résultats d’élevage, non seulement  en ce qui concerne les jeunes éclos mais aussi les jeunes morts dans l’œuf.

Diamants mandarins et dominance

Voyons ce que tout cela donne avec nos diamants mandarins :

1. Gris et brun : Gris est totalement dominant sur brun.
2. Dos clair et masqué : Dos clair est complétement dominant sur masqué.
3. Pastel : C’est un facteur (allèle) qui éclaircit la couleur de base (gris ou brun). Le pastel est dominant sur la couleur de base. Mais le pastel crée un effet de mortalité dans l’œuf. Le double facteur pastel n’existe pas. Pastel est pseudo-dominant.
4. Blackface : Certains champs de plumes blanches sont changés en noir/brun. Le Blackface est dominant.
5. Joues grises et brunes : Agit sur les joues et aussi sur le reste du plumage. Le facteur Joue est complètement dominant.
6. Autres facteurs : Récessifs tels que poitrine blanche, poitrine noire, isabelle, bec jaune, joue noire...

Chez les jeunes de couples hétérozygotes nous pouvons souvent constater des caractéristiques split. C’est donc une dominance incomplète.
Jusqu’à présent nous n’avons pas mentionné le blanc et le panaché. Le facteur (allèle) qui joue un rôle dans ce cas empêche une autre couleur de se manifester dans le phénotype. On nomme cela un "inhibiteur". Vu l’effet d’un allèle (facteur) dans chaque cellule (voir plus haut) cela peut donc provoquer un plumage partiellement ou totalement blanc (blanc ou panaché). Chez un blanc ou panaché, nous ne parlons pas de dominant mais d’empêchement. Le blanc et le panaché sont récessif.

Note : Avec le concept général de "dominance" nous parlons toujours de deux allèles d’un même gène. Cela dans l’ensemble de la génétique. Le poitrine noire ne peut donc pas être dominant sur le poitrine orange, le dos clair pas être dominant sur le Joues Noires... Nous savons aussi que plusieurs allèles peuvent travailler ensemble pour atteindre un résultat global. Sachez aussi qu’une échelle de variation est liée au développement d’un gène dans le phénotype et que dans ce développement ; l’environnement (nourriture...) joue un rôle.


Luk Lievrouw
Belgische Zebravinken Club

génotype phénotype Allèle homozygote hétérozygote Dominant Récessif dominance Inhibiteur codominance