Protéine

  • Les graines et leur valeur nutritive

    Introduction

    L'explication de Dr. Ghysels prouvait clairement qu'un mélange standard est insuffisant (cf. article : La nourriture des oiseaux ) pour couvrir les besoins en nourriture des oiseaux. Cette constatation formait pour moi-même le départ de la recherche des caractéristiques des graines courantes. Voici donc ci-dessous mes trouvailles.

    L'alpiste (de canaris)

    Alpiste

    L'alpiste de canaris forme la partie principale des mélanges courants. Cette graine est classée sous les herbacées. On l'appelle aussi l'alpiste blanc.
    Cette graine est riche en oligo-éléments et en acides aminés comme la leucine et l'arginine. La cystine manque.

    Les valeurs moyennes :

    Humidité 12,8 %
    Protéine brute 15,1 %
    Matière grasse 6,1 %
    Oligo-élément 56 %
    Cellulose brute 5,3 %
    Calcaire 0,05 %
    Phosphore 0,55 %


    Le millet

    Millet

    On distingue le millet et le panicum. D'un point de vue scientifique, les deux grains ne forment qu'une famille. La forme est ronde.
    Le millet jaune est le plus connu de la famille. Il contient beaucoup d'oligo-éléments. Le millet blanc est plus grand que le jaune, mais il n'est pas si dur.
    Le millet rouge est très dur, mais il contient beaucoup d'oligo-éléments.
    Le millet du Japon est celui qui contient la plus grande proportion de protéine.
    Le millet du Sénégal est un autre nom pour le millet jaune.
    Le millet contient beaucoup des protéines du type leucine.

    Les valeurs moyennes :

    Humidité 12,7 %
    Protéine brute 11,1 %
    Matière grasse 3,7 %
    Oligo-élément 59,8 %
    Cellulose brute 8,9 %
    Calcaire 0,03 %
    Phosphore 0,32 %

    Lire la suite

  • La nourriture des oiseaux

    La nourriture des oiseaux

    Introduction

    Lors de notre visite à la firme Versele-Laga, Dr. P. Ghysels nous donna un exposé sur la nourriture des oiseaux et des exigences de cette nourriture. Cet exposé, basé sur les recherches et les expériences scientifiques, était clair et facile à suivre, et pourvu de beaucoup d'exemples.
    Le résultat en est que nous sommes plus malins sur le point de la nourriture, mais que nous ne sommes pas encore des spécialistes de la nourriture des oiseaux.
    Cet article est basé sur l'exposé du Dr. Ghysels et présente quelques points auxquels il faut faire attention.

    La nourriture équilibré

    Pour nos oiseaux, cette nourriture équilibré se compose des ingrédients suivants :

    1. Des protéines, de la matière grasse et des glucides.
    2. Des minéraux et des oligo-éléments comme le zinc, le fer, etc..
    3. Des vitamines

    La quantité de protéines nécessaires dépend de la situation. Pendant l'élevage et pendant la mue, cette quantité est nettement plus élevée que pendant la saison de repos. Les mélanges de graines ne peuvent jamais être assez adéquats pour pourvoir à la situation normale.

    On trouve les glucides sous forme d'amidon dans les plantes et les graines. Les matières grasses sont des sources d'énergie concentrées. Un trop de matière grasses dans la nourriture provoque une mauvaise fonction des autres matières  dans la digestion de la nourriture. L'histoire des oméga-3 est une belle illustration de ce cas. Les matières grasses se trouvent dans les graines riche en huile. Ces graines peuvent constituer au maximum 1/5 ème du mélange.

    Les minéraux et les oligo-éléments doivent être présentés journellement. Ces éléments constituent le "le fitness" de l'oiseau.
    Pour la femelle, le calcaire est une necessité primordiale. A chaque oeuf pondu, la quantité de calcaire de la femelle diminue de 20%. Pendant la période d'élevage, la femelle doit être capable de tenir son stock de calcaire au maximum. Pedndant cette période, il est donc necessaire de pourvoir du calcaire suplémentaire dans la nourriture.

    Lire la suite