Articles

  • Comment reconnaître un mâle porteur de la mutation poitrine noire

    L’objectif de cet article n’est pas d'établir une règle imparable pour la reconnaissance d'un mâle gris porteur de la mutation poitrine noire. Il a plutôt pour but de réunir les indices qui pourront vous permettre de l'identifier.
    Pour ceci, chaque point de détail de la mutation est repris, selon ce que j’ai pu observer durant la sélection de ma souche de gris poitrine noire.

    Avant de commencer à analyser chaque indice possible, il me paraît important d'avoir à l'esprit que la mutation poitrine noire modifie la forme des dessins. Pour identifier un porteur de la mutation poitrine noire, je vous conseille aussi de prendre en compte l’ensemble des indices décrits dans cet article.

    Procédons et analysons le phénotype d’un gris poitrine noire de la tête vers les rectrices en comparaison avec un gris porteur de la mutation poitrine noire. Pour repérer chaque termes descriptifs utilisés, vous pouvez vous aidez de ce schéma : Termes descriptifs chez le diamant mandarin.

    1. Trait moustachial

    Poitrine noire (pn) : Le trait moustachial sera prononcé et d’un noir intense.
    Porteur poitrine noire (/pn) : Le trait moustachial pourra être plus prononcé que sur un gris, cependant cela ne constitue pour moi pas un indice suffisant.

    2. Trait de larme

    Poitrine noire (pn) : Le trait de larme disparaît (idéalement suivant le standard) ou seul un trait fin subsiste.

    1 trait de larme pn 1

    Lire la suite

  • Le sevrage des jeunes diamants mandarins

    Le sevrage des jeunes diamants mandarins 1

    Les jeunes diamants mandarins ont maintenant environ trois semaines ; cherchant à échapper au manque d’espace, à l’oppressante chaleur de la couvée ou voulant tout simplement découvrir le monde, ils vont commencer à sortir du nid.
    Cette sortie n’est pas définitive, car ils y retournent encore pendant 2 à 3 jours, mais de moins en moins souvent. Parfois, quand les jeunes commencent à grandir, l’un d’eux se met à voler hors du nid quelques jours avant la date de sortie prévue, vous pouvez le laisser hors du nid si les conditions le permettent, les parents continueront à s’en occuper. Si vous devez le remettre dans le nid, posez le doucement de préférence en soirée et gardez votre main devant le trou d’envol, jusqu'à ce que tous les jeunes aient retrouvés leur calme.
    Un matin lorsque tous les jeunes seront sortis, on ôtera le nid pour le nettoyer avant une nouvelle ponte ou en prévision de la saison de reproduction suivante. Le nid sera remis lorsque les jeunes seront sevrés et donc séparés de leurs parents.

    Il est fréquent que les parents entament une nouvelle pondaison avant la fin de sevrage des jeunes. Il n’y a pas de règles établies sur la question : Parfois les parents entament la couvaison tout en s’occupant des jeunes sortis du nid, parfois ils vont plumer les jeunes et cesseront de s’en occuper. A l’éleveur d’être attentif dans ses observations. A la maison, je préfère retirer les œufs pondus à même le sol pour les donner à un autre couple ou pour les redonner au couple après le sevrage lorsque le timing le permet.

    La période de sevrage correspond à la période ou le jeune oiseau va apprendre à se nourrir seul et ainsi acquérir son autonomie. C’est donc une période délicate où il va être important d’observer les oiseaux pour ne pas faire l’erreur de séparer trop tôt un jeune de ses parents. Généralement un jeune diamant mandarin va être sevré autour de 35 jours de vie. Encore une fois, l’observation est de rigueur ; et inutile de prendre des risques, c’est une question de quelques jours.

    Les jeunes oisillons ont été nourris par leurs parents qui ont régurgités les graines et/ou la pâtée qui est distribuée quotidiennement à cette période. Désormais ils leurs faut apprendre à décortiquer les graines et à les manger seuls. Plus vite les oisillons seront autonomes, plus vite ils seront sevrés.
    Les parents réduisent d’eux même la régurgitation de la pâtée.
    Mais si les jeunes en éprouvent le besoins ils iront en chercher seul c’est une nourriture facile d’accès qui leur servira de transition. Par ailleurs, certains éleveurs mettent à disposition des jeunes oiseaux des graines germées : Ces graines « molles » sont facile à décortiquer et à ingérer. Pour ma part, dès la sortie du nid, les oiseaux ont à disposition permanente du millet en grappe (rouge et jaune que j’alterne chaque jour).

    Pour les tous premiers jours vous pourrez faciliter l'accès des jeunes à la nourriture en utilisant des petits godets pas trop hauts, des couvercles à bocaux, petite assiette, ramequin placés dans le fond de la cage. Certains éleveurs (dont je fais partie) ne changent rien et gardent en place les mangeoires traditionnelles sans observer de problèmes particuliers.

    Pendant le laps de temps que dure le sevrage, les parents continueront à nourrir les jeunes mais de moins en moins souvent. Attention avant de séparer les jeunes des parents, de s’assurer qu’ils mangent bien seuls parce qu’un jeune enlevé prématurément risque d’être mal accueilli si vous le remettez avec ses parents, surtout si ils ont recommencés une ponte.
    Lorsque vous retirez vos jeunes, il peut être judicieux de les placer dans une volière avec d’autres jeunes déjà sevrés, ou un vieux mâle, une vielle femelle afin qu’ils terminent d’apprendre à se nourrir seuls. Enfin, certains jeunes sont plus tardifs que d’autres, alors prudence.
    A la maison faute de place pour la construction de volières,  j’utilise des grandes cages de 1m20 pour le sevrage des jeunes c’est tout aussi efficace a condition de mettre une quinzaine de jeunes par cages. Pour la nourriture, toujours du millet en grappe pendant une quinzaine de jours au moins, ainsi que de la « millade » (le millet qui tombe des grappes que je récupère auprès d’un producteur local). Pendant des années je donnais de la pâtée aux jeunes sevrés mais c’était une erreur car certains jeunes préfèrent cette nourriture facile à ingérer et l’arrêt de la pâtée posaient des soucis pour certains).

    Au cours de cette même période, le bec du jeune se colore et son plumage adulte se met en place. Le bec s’éclaircit en commençant de la base jusqu’à la pointe pour devenir rose, puis se colorera d’un rouge corail pour les mâles et rouge rosé pour les femelles.
    Le plumage caractéristique des mâles apparaît (flans, joues, gorge, plastron et barre de poitrine). Certains oiseaux très intensifs en couleur ont déjà les dessins dès la sortie du nid :

    Le sevrage des jeunes diamants mandarins 2

    Vers le troisième mois de leur vie les jeunes ont leur plumage définitif.

    Lire la suite

  • Le poitrine noire poitrine orange gris

    Le diamant mandarin gris popn 1

    L’objectif de cet article n’est pas d’imposer une direction d’élevage ou créer une polémique, mais de partager mon expérience de l’élevage, mes observations ainsi que les difficultés que je rencontre depuis une quinzaine d’années d’élevage de cette combinaison de mutations.

    Le poitrine noir est une mutation de dessin due à une répartition différente de l’eumélanime dans le plumage de l’oiseau. La mutation poitrine orange est une mutation de couleur : L’eumélanine des dessins est transformée en phaéomélanine brune orangée, qui tire vers la couleur rouge-rouille pour les meilleurs sujets. Il ne me semble pas importun de préciser en détail en quoi ce que chaque mutation que nous connaissons déjà, modifie sur l’oiseau muté.

    Le mâle de concours idéal, en plus d’une forme et une taille correcte tel un classique, ne doit pas avoir de rejet noir dans la poitrine, doit avoir une zone parotique (le lore : entre le bec et la joue) blanche, une poitrine qui monte le plus haut possible sous le bec, une forte extension des joues (les joues se rejoignent à l’arrière du crâne) sans écoulement sur le dos(qui pour moi représente une non sélection de l’extension de la couleur), un dos gris et non pas chargé de voile brun comme c’est souvent le cas, des dessins sur les rémiges primaires et secondaires (blanc+orange), une couleur rouge/rouille la plus intensive possible, un dessin de ventre (flammèches oranges) le plus grand possible. A cela il faut ajouter que les dessins de flans doivent être marqués d’ovales blanc sur fond orangé ; Les dessins des carreaux de queues sont bien sûr allongés.
    La femelle comme le male doit être grise de dos, de forme et de taille correcte, avoir un dessin de ventre (les flammèches)( à noter que ce dessin n’est pas orangé comme sur les mâles mais tire plutôt vers le gris-brun), des dessins de dos (sur le bord externe des rémiges), une poitrine qui remonte très haut, des dessins de joues orangées, des flans marqués de points et de couleur orangée également. La femelle doit-elle avoir des joues et flancs les plus rouge foncé possible ? Je n’ai pas de réponse. Ce qui est certain c’est que la première femelle PO n’avait pas de joues oranges et que le standard hollandais demandait des femelles sans joues il y a encore quelques années (maintenant il y a deux standards acceptés et jugés différemment : avec dessin et sans dessins… : type 1, type 2 dans les concours). La femelle sans joues dessinées garde des carreaux de queues le plus orange possible. La plupart de mes femelles en reproduction n’ont pas de joues, c’est un caractère que je ne sélectionne pas spécialement. Je lis parfois sur internet que pour sortir un bon male intensif en couleur il faut absolument une femelle avec des joues très orange, ce n’est pas vrai. On sort de très bon oiseaux en couleur avec des femelles sans joues pour peu qu’elles soient très grise. J’entends par « très grises » des oiseaux dont l’eumélanine prend le pas sur la phaeo. Cela ne veut pas dire que certains caractères ne doivent pas être présents (dessin de ventre, sus caudales, paupière etc.). Je peux affirmer que le femelle sans joue n’influence en rien l’intensité de la couleur sur les males).

    Le diamant mandarin gris popn 2

    Quelques particularités sont propres à la combinaison de mutation. Le poitrine orange semble intensifier l’extension de la couleur orange des dessins. On observe souvent des sujets avec une extension complète des joues à l’arrière du crâne, et ce avec une poitrine qui remonte très haut sous le bec (à comparaison avec un poitrine noire pur). Cette extension lorsqu’elle est importante, a tendance à colorer le lore. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui affirment que les oiseaux au lore orangé sont des oiseaux issus de black face. Cette coloration apparait aussi bien sur des issus de popn sans black face depuis plusieurs générations.
    Je ne sélectionne pas la couleur orangée du lore. Certes c’est un défaut présent dans mes oiseaux mais élevant des black face, je n’y fait pas attention. Dans les concours cela dépend beaucoup des juges mais en général, si l’oiseau est bon, ils ne se font pas lourdement sanctionner. A noter qu’il y a plusieurs sortes de lores orangés, qu’une photo ne montre pas bien. Des lores orange rouille comme la poitrine et qui viennent se fondre avec la joue (pas bon) ou un voile orangé, plus clair que la joue et qui se distingue encore (ça passe mieux). Mais sur des grand concours, c’est ce qui manquera au bel oiseau pour se classer face aux meilleurs.

    Le diamant mandarin gris popn 3

    Je ne sais pas si cette extention de couleur est responsable du dos orange chez certains males, mais alors que depuis trois ans je fais attention à la démarcation tête-dos dans ma sélection des reproducteurs, j’ai remarqué que je n’ai pas sorti de « dos oranges » alors que c’est arrivé 7-8 fois avant.

    Autre particularité de la combinaison de mutation, le dessin du ventre. Ce dessin se caractérise par des flammèches oranges à partir de la poitrine, qui descendent parfois jusqu’au cloaque. Je me souviens d’avoir participé à la discussion du standard français lors de sa relecture il y a quelques années. Ceux qui l’ont écrit n’ont pas voulu rendre ce caractère obligatoire (car difficile à obtenir ?...). Il faut pourtant le prendre en compte car cela peut influencer la sélection des éleveurs dans une mauvaise direction.

    Voici une liste non exhaustive des difficultés rencontrées dans l’élevage des POPN :

    - La combinaison est « à la mode ». Beaucoup d’éleveurs débutants choisissent cette couleur car c’est recherché et cela « se vend » mieux qu’un gris classique. Cela entraine une multitude d’oiseaux de très mauvaise qualité car peu travaillés. Les gens en recherche d’oiseaux popn veulent des oiseaux terminés et n’ont pas souvent de souche de classique utile au travail de la combinaison de mutation. En faisant seulement des accouplements popn X popn (avec ou sans black face), la qualité des oiseaux à tendance à diminuer au fur et à mesure des générations. Autre souci également, c’est la difficulté de reconnaitre les oiseaux mutés pour un œil non averti. Beaucoup d’oiseaux intermédiaires sortent et peuvent mettre l’éleveur, parfois le juge, dans le doute. Un bon PN porteur PO par exemple et inversement peut apparaitre comme un popn. Chez les femelles c’est pire ; il est parfois difficile de reconnaitre une bonne pn porteuse po d’une mauvaise popn.

    - Le gris popn est bien différent du brun popn et est plus difficile à faire, ce qui est compréhensible au regard de l’eumélanine grise chez les gris. Dans la sélection de l’intensité de couleur, on sort pas mal d’oiseaux avec des rejets noirs dans la poitrine. Ce sont souvent des oiseaux dont la couleur rouille est très bonne et dont la couleur de dos est bien grise. Attention, ce sont de très bons oiseaux de travail qui, s’ils sont bien accouplés, donneront de très bons oiseaux de concours. Beaucoup d’éleveurs utilisent des bruns popn pour faire disparaitre ces rejets. Je suis d’accord avec cela quand c’est fait avec parcimonie. Des bruns à chaque génération donnent à mon avis des gris au ventre trop crème, au dos trop voilés de brun. Dans mon élevage, j’utilise des femelles brunes popn parfois mais j’essaie de ne jamais remettre de gris porteur de brun sur des femelles brunes. C’est pour ça que je ne sors pratiquement pas de mâles brun popn d’ailleurs. Idem les retours sur classique, je n’utilise que des gris. J’ai lu sur un site qu’il ne fallait pas accoupler gris sur brun car les gris seraient trop voilés de brun, et les bruns seraient trop ternes. C’est vrai uniquement à long terme. On peut obtenir de superbes gris avec un accouplement avec une femelle brune, et de superbes femelles très chaudes avec un accouplement brun ou porteur de brun X grise.

    - Beaucoup de popn rencontrés sont de petite taille. Je ne sais pas si c’est du à une mauvaise sélection ou à des accouplements successif de mutés X mutés. Sans retour sur des classiques, je ne pense pas possible d’améliorer la taille de ces oiseaux.

    Le diamant mandarin gris popn 4

    Femelle grise porteuse POPN

    Lire la suite

  • La gestion et traçabilité d'élevage sur fichier Excel

    Voici un fichier pratique et complet à télécharger pour gérer et suivre votre élevage de diamant mandarin.

    Il est adapté pour 16 cages d’élevages. Ce sera à vous de le modifier selon votre élevage et vos connaissances du logiciel Excel.
    Il vous faudra du temps pour constituer votre base de données concernant  vos diamants mandarins. Ce fichier de gestion d’élevage vous rendra bien des services pour par exemple suivre l’évolution de vos couvées, naissances etc. Grâce à un visuel global avec des codes couleurs pour vous donner une situation en temps réel.
    Il pourra vous servir également d’historique pour observer l’évolution de votre élevage.

    Exemple de suivi lors de l'élevage :

    Exemple suivi d elevage

    Ce ficher comporte de nombreux automatismes (formules, liste prédéfinis, dates automatiques, mise en forme conditionnelles, macros, etc.). Il vous faudra le découvrir et l’appréhender au début de son utilisation. Chaque feuille est imprimable.

    Conseils importants :

    - Activez les macros pour profiter pleinement du fichier.
    - Faite régulièrement une  sauvegarde de votre fichier sur un autre support que votre PC (clés USB par exemple).

    Télécharger le fichier : Elevage diamant mandarin 2018  


    Mode d’emploi


    1. Tableau de bord

    Mode d emploi 1 tableau de bord

    2. Calendrier 2018

    Mode d emploi 2 calendrier 2018

    3. Régime alimentaire

    Mode d emploi 3 calendrier alimentaire

    4. Contacts

    Mode d emploi 4 contacts

    Lire la suite

  • Génétique du diamant mandarin : Mode d'emploi

    1. Introduction

    L’élevage et la présentation en concours des diamants mandarins a pris ces quinze dernières années un essor considérable. Pour améliorer la taille des nouvelles mutations, les éleveurs ont de plus recours aux oiseaux classiques « porteurs » .
    Certains parviennent à combiner plusieurs mutations. Tout cela a rendu indispensable la connaissance d’un minimum de génétique appliquée. C’est ce minimum que je voudrais présenter aux éleveurs débutants.
    Il ne s’agit pas d’un cours complet de génétique, mais la simple présentation de la méthode que j’utilise précédée de quelques notions élémentaires.

    2. Le diamant mandarin et ses mutations

    Un diamant mandarin possède un certain nombre de caractères visibles (taille, forme, dessins, couleur, sexe) qui constituent son phénotype. Il peut avoir, en plus d’autres caractères non exprimés (on dit qu’il est porteur).L’ensemble des caractères, exprimés ou non, s’appelle le génotype.

    Un jeune diamant mandarin est issu d’une cellule - œuf, résultat de la fusion du noyau d’un spermatozoïde du père et du noyau de l’ovule de la femelle. Le programme génétique de l’oiseau s’y trouve déjà : Une suite de divisions cellulaires et d’informations codée déclenchera (ou non) l’apparition des caractères. L’information codée est portée par des gènes situés sur de longs filaments contenus dans le noyau : Les chromosomes.
    Tous les chromosomes vont par paire : chaque chromosome a donc son homologue.

    Il existe deux catégories de chromosomes :

    - Les chromosomes sexuels :
    • XX chez le mâle
    • XY chez la femelle

    - Les chromosomes autosomes.

    Le diamant mandarin gris vivant en Australie est à l’origine de tous nos diamants mandarins d’élevage. Il possède tout un ensemble de gènes répartis dans ses chromosomes.
    Chaque fois qu’une mutation nouvelle est apparue, c’est qu’il y a eu modification d’un gène d’origine (et qu’elle s’est avérée héréditaire). Le gène d'origine et le gène muté sont situés au même endroit appelé locus sur chacun des chromosomes homologues.
    Les deux gènes sont des allèles.

    Genetique du diamant mandarin 1

    Un oiseau est pur (homozygote) quand tous ses allèles portent des informations identiques.
    Un oiseau est hétérozygote quand au moins une paire d’allèles porte des informations différentes relatives au même caractère.

    On connaît actuellement une vingtaine de mutations différentes du diamant mandarin gris.

    On distingue :

    a) Les mutations dominantes

    Pastel, huppé, joues (grises, brunes), face noire (black-face), joues claires.
    Une mutation est dominante quand elle s’exprime alors que le gène muté n’existe qu’en un seul exemplaire. Ce gène est situé sur un chromosome autosome.
    Il n’existe donc pas de diamants mandarins porteurs de ces mutations.
    Remarque : Quand les deux chromosomes homologues portent chacun un gène dominant, le jeune n’est pas viable. C’est ce qu’on appelle un facteur létal.

    b) Les mutations récessives

    Blanc, panaché, sellé, poitrine blanche, poitrine noire, poitrine orange, joues noires, isabelle, agate, bec jaune, eumo.
    Une mutation est récessive quand elle ne s’exprime que si les deux chromosomes autosomes possèdent chacun le gène muté.
    S’il n’y a qu’un seul gène muté, le caractère ne s’exprime pas. L’oiseau est simplement « porteur » de la mutation.

    c) Les mutations liées au sexe

    Brun, dos pâle, masqué ancien type, masqué nouveau type.
    Une mutation est liée au sexe quand les gènes responsables de cette mutation sont situés sur le(s) chromosome(s) X de l’oiseau ( le chromosome Y de la femelle étant vides de gènes ).
    La mutation s’exprime chez les femelles puisqu’elles reçoivent de leur père le chromosome X muté. Pour qu’elle s’exprime chez les mâles, il faut que le gène muté soit porté par chacun des deux chromosomes X. Sinon le mâle n’est que porteur de la mutation ; il pourra cependant la transmettre à la moitié de ses filles.
    Remarques : Les gènes « Dos Pâle » et « Masqué » sont allèles du même gène non muté. Un mâle Gris peut être porteur de Dos Pâle et de Masqué.

    Genetique du diamant mandarin 2

    Un mâle Dos Pâle peut être porteur de Masqué, mais pas l’inverse. Dans ce cas , même en un seul exemplaire, c’est lui qui s’exprime.
    Un même facteur (Dos Pâle) peut être récessif par rapport au Gris, mais dominant par rapport au Masqué.
    Le gène « Brun » situé lui aussi sur un chromosome X n’a pas le même locus que les gènes précédents.

    Genetique du diamant mandarin 3

    Antérieur aux deux autres, il se trouve sur un chromosome différent.
    Pour que ces gènes se retrouvent liés (Dos pâle Brun, Masqué Brun), il aura fallu l’apparition d’un phénomène qui fait l’objet d’un autre article : L'enjambement.

    d) Les mutations combinées

    De nombreuses mutations ainsi que le gris peuvent être combinées entre elles. On peut en théorie en associer beaucoup mais en pratique, mieux vaut rester prudent : Outre les nombreux croisements nécessaires, il faut que l’oiseau obtenu reste typé et corresponde aux critères des standards.

    Les plus connus sont :

    • Le Pastel Brun
    • les Joues Grises ou Brunes
    • L’Isabelle Poitrine Noire

    Le Brun Face noire Poitrine Noire ou le Pastel Brun Poitrine Blanche combinent par exemple, une mutation liée au sexe, une mutation libre dominante et une mutation libre récessive.
    Il faut donc savoir choisir les meilleurs croisements pour y parvenir.

    3. Technique des croisements

     a) Attribuer à chaque mutation un symbole

    On commence par attribuer à chaque mutation un symbole : Par analogie avec les symboles atomiques, on peut choisir une ou deux lettres du nom de la mutation.
    Les mutations dominantes sont en majuscules, les autres en minuscules.

    Personnellement, j’utilise les symboles suivants :

      Fn : Face noire
      bj : Bec Jaune
      bl :  Blanc
      po : Poitrine Orange
      br :  Brun
      Pl : Pastel
      pa : panaché
      pb : poitrine blanche
      pn : poitrine noire
      J : Joues (Grises ou Brunes)
      jn : Joues Noires
      ag : Agate
      dp : Dos Pâle
      ma : Masqué Ancien type
      mn : Masqué nouveau type
      eu : Eumo
      se : Sellé

    Les scientifiques font suivre d’un signe + le symbole du gène non muté.
    Exemple :  H (Huppé); H+ (non Huppé);  pb (Poitrine Blanche) ; pb+ (non Poitrine Blanche).

    Personnellement, je trouve plus logique d’écrire :  H+(Huppé) ; H- (non Huppé);  pb+(Poitrine Blanche) ; pb- (non Poitrine Blanche).
    Au bout du compte, les résultats seront les mêmes.

    b) Ecrire la formule génétique de chaque oiseau

    De part et d’autre d’une barre de fraction, on reporte les symboles des gènes portés par chaque chromosome homologue, en commençant par les chromosomes sexuels.
    Exemples :

    c) Chromosomes sexuels

    Mâle gris : XN/XN ; Femelle grise XN/Y
    Dans ce cas, N signifie Normal

    d) Mutation liée au sexe

    Mâle brun : Xbr+/Xbr+ ; Femelle brune : Xbr+/Y
    Mêmes formules avec dp+, ma+, mn+.

    e) Mutation libre dominante

    Mâle pastel gris : XN/XN PL+/pl- ; Femelle pastel grise : XN/Y pl-/PL+
    Mêmes formules avec H+, BF+, J+.
    Les facteurs non mutés récessifs s’écrivent en minuscules.

    f) Mutation libre récessive

    Mâle gris poitrine noire XN/XN pn+/pn+ ; Femelle gris poitrine noire XN/Y pn+/pn+
    Mêmes formules avec pb+, po+, jn+, pa+, se+, is+, etc.

    g) Mutations combinées

    Mâle brun face noire joues noires : XN br+/ XN br+ Fn+/fn- jn+/jn+
    Mâle dos pâle pastel bec jaune : XN dp+/XN dp+ Pl+/pl- bj+/bj+

    h) Porteurs

    Mâle gris / (/ signifie porteur) Dos pâle : XN dp+/XN dp-
    Femelle brune/Joues noires : XN br+/Y jn+/jn-
    Femelle grise face noire/poitrine noire : XN/Y Fn+/fn- pn+/pn-
    Mâle grise face noire/poitrine noire : XN/Y Fn+/fn- pn+/pn-
    Mâle dos pâle gris/Masqué NT (nouveau type) : Xdp+/Xmn+. Dans ce cas, on pourrait écrire DP+, puisque le Dos Pâle domine son allèle, le Masqué NT.

    4. Placer ces formules dans un tableau de croisements

    Il faut d’abord rappeler :

    • Que chaque parent ne transmet à son jeune qu’un des deux chromosomes de chaque paire.
    • Que le groupement dans chaque gamète (spermatozoïde ou ovule) de ces chromosomes se fait par hasard : c’est le brassage génétique.

    Plus le parent possédera de gènes mutés sur les chromosomes différents, plus les combinaisons possibles seront nombreuses. C’est la seule difficulté dans cette méthode, mais elle est inévitable.

    Commençons par un croisement simple :

    a) Mâle brun : (XN br+/XN br+)  X Femelle grise XN br-/Y
     

      XN br+ XN br+
    XN br- XN br+/XN br- XN br+/XN br-
    Y XN br+/Y XN br+/Y


    Chaque chromosome du mâle (dans ce cas, les chromosomes sexuels) retrouve son chromosome homologue fourni par la femelle. Il ne reste plus qu'à traduire chaque formule.

    Résultats : XN br+/XN br- Mâle gris/brun (50%) ; XN br+/Y Femelle brune (50%)

    b) Mâle gris/brun : (XN br+/XN br-) X Femelle brune : XNbr+/Y
     

      XN br+ XN br-
    XN br+ XN br+/XN br+ XN br-/XN br+
    Y XN br+/Y XN br+/Y


    Résultats : XN br+/XN br+ Mâle brun (25%) ; XN br-/XN br+ (25%) ; XN br+/Y Femelle brune (25%) ; XN br-/Y Femelle grise (25%).

    Une fois la méthode acquise, il est possible de trouver le résultat de n'importe quel croisement. Il faut du temps, de la logique et de la patience (ou un ordinateur).

    Lire la suite

  • L'enjambement

    C’est en 1960 que sont apparus en Belgique les premiers Dos Pâles Bruns.
    Essayons de comprendre comment a pu naître une telle combinaison de couleurs.

    On sait que les facteurs brun et dos pâle, liés au sexe, sont situés sur des chromosomes X, mais différents et à des emplacements (loci) différents : (1) et (2).
    Ils ne sont donc, normalement  pas liés (sinon tous les bruns seraient aussi dos pâles : ce qui n’est pas le cas).
    Comment ont-ils pu se trouver liés sur le même chromosome ? (3)

    L enjambement image 1

    Quand on accouple un mâle brun avec une femelle dos pâle gris (ou l’ inverse), on obtient à chaque fois des mâles gris , porteurs de brun et de dos pâle. Chaque mâle possède donc deux chromosomes X différents : L’un porte les gènes « brun » « non dos pâle », l’autre porte les gènes « non brun » et « dos pâle ». Etant récessifs, aucun de ces gènes ne peut s’exprimer puisqu’il est en un seul exemplaire ; étant non allèles, aucun ne peut dominer l’autre ; c’est donc une couleur grise naturelle qui s’exprime.

    Comment ces gènes vont-ils être transmis par le mâle à sa descendance ? Pour bien le comprendre, quelques explications sont nécessaires.

    Les chromosomes sont de très longues molécules (2 millionièmes de mm d’épaisseur, 5 cm de moyenne de longueur chez l’homme) enchevêtrées, en temps normal, les unes aux autres dans le noyau de la cellule. Au moment de la méiose (division cellulaire permettant, chez les mâles, la formation des spermatozoïdes à partir des cellules-mères des testicules), ces chromosomes se dédoublent en deux chromatides rigoureusement identiques rattachées entre elles par un centromère.
    Chaque chromatide s’enroule alors en spirale. Ce n’est qu’à ce moment là que le chromosome devient visible au microscope optique. Les chromosomes se regroupent et s’accolent deux à deux par paire homologues.

    Au cours de cette phase, deux chromatides des deux chromosomes accolés peuvent se croiser, se casser puis se ressouder en échangeant des segments plus ou moins importants. C’est ce phénomène que l’on appelle l’enjambement (en anglais crossing-over).
    Le gène « brun » a ainsi pu se retrouver lié au gène « dos pâle » sur le même chromosome X . Un mâle gris porteur de brun et de dos pâle peut (mais uniquement de cette façon) produire des femelles dos pâles gris, grises, brunes et dos pâles brun. (12,5% de chaque).

    Avec cet enjambement, ce même mâle a pu avoir aussi :

    •    Croisé avec une femelle dos pâle : 12,5% de mâles dos pâle gris porteurs de brun.
    •    Croisé avec une femelle brune : 12,5% de mâle bruns porteurs de dos pâle.

    En accouplant l’un ou l’autre de ces derniers avec leur sœur « dos pâle brun », il est possible d’obtenir (en 3ème génération) : 25% de mâles dos pâle brun et 25% de femelles dos pâle brun.

    L enjambement image 2

    CHROMATIDE

    A : Normale
    B : Contractée en spirale
    C : Schématisée

    L enjambement image 3

    L enjambement image 4

    Nous ignorons si c’est ainsi que la mutation est réellement apparue mais l’hypothèse paraît vraisemblable. Le masqué brun paru à la même époque en Grande Bretagne peut avoir eu la même origine (un enjambement entre les chromosomes d’un mâle dos pâle gris porteur de masqué et de brun peut donner des femelles masqué brun).

    Lire la suite

  • Baguer ses diamants mandarins

    1. Intérêts de baguer vos diamants mandarins

    Cela vous permettra de connaître leurs année de naissance et de les identifier, ce qui sera primordial pour établir une généalogie et le suivi de votre élevage. Chaque bague sera la carte d'identité de chacun de vos diamant mandarin.

    De plus, si vous souhaitez faire concourir un de vos diamant mandarin, seuls ceux qui sont bagués pourront y participer. Les diamants mandarins bagués de l'année en cours et précédente peuvent prétendre à participer à un rassemblement.

    Ensuite, Un eleveur préfera toujours acheter un diamant mandarin bagué sur laquelle il pourra être assuré de l'année de naissance de celui ci et être renseigné de sa provenance.

    2. Comment et quand baguer les oisillons

    Vidéo qui illustre bien comment manipuler l'oisillon pour le baguer :
     

    Lire la suite

  • Comment créer une souche suivant ses objectifs

    1. Définir ses objectifs

    Tout d'abord, il faut selon moi cibler et cerner ses objectifs: Choix de ou des mutations à sélectionner, études des caractéristiques de ou des mutation(s) choisie(s), connaissance du type de transmission génétique, se créer un réseau d'éleveur succeptible de travailler sur des objectifs similaires pour avoir des sujets de départs. Les éléveurs devront avoir confiance en votre projet et votre perspicacité. Ils seront également soucieux du devenir de leurs oiseaux cédés.
    Conditions sinequanone pour ensuite commencer la construction d'une souche et débuter une sélection afin de tendre vers vos objetifs définis comme tout projet.

    Enfin, définissez votre idée de l'oiseau que vous souhaitez obtenir. Sans oublier les caractéristiques de la mutation ou combinaison dans laquelle ou lesquelles vous vous projetez.

    2. Conseils pour débuter

    Choisissez les diamants mandarins de départ avec le moins de défauts possibles. Assurez vous surtout de ne pas commencer avec des oiseaux ayant un génotype incertain.
    Exemple : Si vous avez comme projet de construire une souche de gris, verifiez s'ils ne seraient pas porteur de mutation à hérédité recessive ( comme poitrine noire, joues noires).

    Questionnez l'éleveur vous cédant vos premier spécimens, demandez à voir les parents pour être mieux fixé. Observez les differentes qualités et points à améliorer de chacun en ayant en tête le diamant mandarin que vous souhaitez atteindre.
    Observez l harmonie et l'ensemble des oiseaux de l éleveur, une homogénéité vous fera apparaître un bon travail de l éleveur.

    3. Qu'est-ce qu'une souche

    Il faut se représenter la souche d'un arbre, son tronc et ses branches.Composés d'ascendants, de descendants, soeurs, frères, etc. Différentes méthodes existent selon le type de transmission génétique de la mutation ou combinaison élevé pour faire progresser une souche.

    4. Importance des diamants mandarins dit de "Travail"

    Dans une souche, il y aura des diamants mandarins dit de "travail" : Les intensifs, les plus typés, court, long.. Ces oiseaux de travail auront le plus souvent et en particulier un ou plusieurs points forts.
    C'est eux qui vous permettrons d'atteindre vos buts, ne les négligez pas.

    Lire la suite

  • Exigences générales du standard (Auteur : Marcel DUVIVIER)

    Taille :

    De la pointe du bec jusqu'à l’extrémité de la queue: 11,5 cm.

    Type :

    Impression de force - Taille courte et trapue - Tête ronde - Cou tassé - Poitrine relativement large et ronde.
    La tête , le cou, le dos et la queue doivent former une seule ligne avec un creux minime dans la nuque et à l'intersection de la queue à hauteur du croupion.
    La courbe formée par l'arrondie de la poitrine et la ligne du ventre doit être régulière à partir de la gorge jusque la région anale.
    La ligne dorsale ne peut pas être écrasée et la ligne ventrale ne peut être tombante.
    Toutes les les parties du corps doivent être bien en harmonie les unes aux autres.

    Tête :

    Bien ronde vue sur tous les angles - Vue de face relativement large - Doit être en harmonie parfaite avec le bec et le corps - Les yeux placés à peu près au centre de la tête, bien vivants et de couleurs foncées sauf si le standard de la variété spécifiée ne le donne autrement.

    Bec :

    Court, relativement lourd et conique - Bien implanté par rapport au reste de la tête - Les mandibules se recouvrant parfaitement et de même longueur. Des mandibules croisées ou trop longues sont à pénaliser.
    Le bec ne peut être ni écaillé ni tacheté.
    Chez le mâle, il est rouge corail tandis que chez la femelle, il est orange rouge sauf si le standard de la variété spécifiée ne le décrit autrement.

    Maintien :

    Sur le perchoir, à moitié assis sans que les plumes du ventre ne touchent le perchoir, les pattes étant légèrement fléchies.
    Le dessus du corps légèrement redressé, la queue à peu près dans le prolongement de la ligne du dos. Une queue tombante sera toujours pénalisée. Les ailes bien serrées au corps, se touchant à la racine de la queue sans se croiser ni se redresser. On exige un maintien clame dans une cage conforme, l'oiseau se trouvant le moins possible dans le fond de la cage et aussi non accroché aux barreaux.

    Pattes :

    De couleur orange rouge sauf si le standard de la variété spécifiée ne le décrit autrement.
    Les pattes, les doigts et les ongles doivent être bien formés, non abîmés ni tachetés et sans écailles.

    Condition :

    En parfaite santé, sans déformations ni autres infirmités.
    Le plumage bien lisse, non abîmé et complet. Des oiseaux malades, déformés ou estropiés n'ont pas leurs places aux expositions.

    Lire la suite

  • Réguler l’hydrométrie pour favoriser l'éclosion

    Le problème d’œufs qui n’éclosent pas, malgré leurs fécondation, rencontré par des éleveurs m’a donné l'idée de ce sujet.
    L'importance du taux d'humidité lors du développement de l’œuf et l'éclosion dans nos pièces d'élevage nous pousse à trouver des solutions pour le réguler, surtout pendant les périodes sèches.

    Auparavant j’utilisai un humidificateur à ultrasons :

    Humidificateur

    Réglable et idéal, humidificateur et ioniseur à la fois. Cependant, après 1 an et demie d'utilisation, il fait désormais des siennes en ayant des arrêts intempestifs. J'ai donc opté pour une solution beaucoup moins couteuse : Des saturateurs en céramiques (environ 5 euros l’unité dans les magasins de bricolages) :

    Saturateur ceramic

    Pour ma part je surveille quotidiennement l'hydrométrie et me suis fixé un minimum de 55% d'humidité dans l'air.

    Indicateur hydrometre et temperatue

    En dessous de ce taux d'humidité, je mets en place les saturateurs sur le radiateur à bain d'huile (qui assèche moins l'air que les radiateurs électriques du type radiant ou communément appelé "Grille-pain").
    Le principe de l'évaporation provoqué par la chaleur du radiateur fonctionne bien, il faut cependant environ une journée pour en voir les effets.

    Saturateur sur radiateur copyright

    Si je vois que le taux d'humidité ne monte pas assez, je coupe l'extracteur d'air ou le régule. L'extracteur d'air étant branché sur une prise variateur de vitesse pour extracteur.

    Variateur d intensite

    Lire la suite