Articles

  • La nourriture des oiseaux

    La nourriture des oiseaux

    Introduction

    Lors de notre visite à la firme Versele-Laga, Dr. P. Ghysels nous donna un exposé sur la nourriture des oiseaux et des exigences de cette nourriture. Cet exposé, basé sur les recherches et les expériences scientifiques, était clair et facile à suivre, et pourvu de beaucoup d'exemples.
    Le résultat en est que nous sommes plus malins sur le point de la nourriture, mais que nous ne sommes pas encore des spécialistes de la nourriture des oiseaux.
    Cet article est basé sur l'exposé du Dr. Ghysels et présente quelques points auxquels il faut faire attention.

    La nourriture équilibré

    Pour nos oiseaux, cette nourriture équilibré se compose des ingrédients suivants :

    1. Des protéines, de la matière grasse et des glucides.
    2. Des minéraux et des oligo-éléments comme le zinc, le fer, etc..
    3. Des vitamines

    La quantité de protéines nécessaires dépend de la situation. Pendant l'élevage et pendant la mue, cette quantité est nettement plus élevée que pendant la saison de repos. Les mélanges de graines ne peuvent jamais être assez adéquats pour pourvoir à la situation normale.

    On trouve les glucides sous forme d'amidon dans les plantes et les graines. Les matières grasses sont des sources d'énergie concentrées. Un trop de matière grasses dans la nourriture provoque une mauvaise fonction des autres matières  dans la digestion de la nourriture. L'histoire des oméga-3 est une belle illustration de ce cas. Les matières grasses se trouvent dans les graines riche en huile. Ces graines peuvent constituer au maximum 1/5 ème du mélange.

    Les minéraux et les oligo-éléments doivent être présentés journellement. Ces éléments constituent le "le fitness" de l'oiseau.
    Pour la femelle, le calcaire est une necessité primordiale. A chaque oeuf pondu, la quantité de calcaire de la femelle diminue de 20%. Pendant la période d'élevage, la femelle doit être capable de tenir son stock de calcaire au maximum. Pedndant cette période, il est donc necessaire de pourvoir du calcaire suplémentaire dans la nourriture.

    Lire la suite

  • La mutation poitrine orange (po) dans les couleurs classiques

    Male gris poitrine orange type 1

    Puisque nous allons discuter de la mutation poitrine orange (po) dans cet article, il est certes intéressant de s’attarder d’abord un peu sur l’histoire de cette mutation.

    La mutation poitrine orange est supposée avoir vu le jour en Belgique. J’écris consciemment «supposée», car le premier poitrine orange fût en fait trouvé chez un marchand d’oiseaux. Dans la littérature néerlandaise en particulier, bien avant la découverte du premier poitrine orange en Belgique, des diamants mandarins y furent décrits présentant des caractéristiques que nous pouvons attribuer maintenant à  des porteurs de poitrine orange.
    Ce dont nous sommes certains en tout cas, c’est que l’honneur de la découverte de la poitrine orange revient à un certain Monsieur De Coster qui en 1978 remarqua un mâle gris assez spécial dans un commerce. Ce mâle disposait d’une barre de poitrine orange alors que normalement elle aurait dû être noire. Ce monsieur acheta cet exemplaire, mais à l’élevage il ne sortit rien de ce qu’il avait espéré. Fin 1978, Paul Chabot, président du BZC à cette époque, acquerra ce mâle. Il y  eut des bonnes et des mauvaises surprises avec ce sujet, car ce mâle ne vécut malheureusement pas très longtemps. Heureusement Paul Chabot avait pu en obtenir quelques jeunes auparavant.
    La poitrine orange est d’hérédité récessive autosomale par rapport à la forme sauvage. Le facteur orange doit donc être doublement présent pour devenir visible. Il croisa donc des jeunes entre eux et en sortit assez rapidement les premiers poitrine orange.

    Déjà le premier éleveur de poitrine orange commit l’erreur de ne pas combiner et développer le poitrine orange avec des couleurs classiques, mais il se rua directement sur la combinaison de la poitrine orange avec le poitrine noire (pn) et d’autres mutations.
    Dès cet instant déjà, le rêve de tout éleveur de poitrine orange était né à savoir d’aboutir à un diamant mandarin entièrement orange. De par le fait d’avoir brûlé l’étape de l’élevage dans les couleurs classiques, la question suivante demeura : Certaines caractéristiques spécifiques que nous observons dans nos poitrine orange classiques, sont-elles seulement des dérivées gênantes de la présence de la mutation poitrine noire ou s’agit-il d’effets spécifiques de la mutation poitrine orange ? Qu’est-ce que j’entends dire par ça ?

    Lire la suite

  • Les formes de la dominance

    Un peu d’histoire

    Comme nous le savons aujourd’hui, Gregor Mendel, connu surtout pour ses expériences avec les pois, a été à la base de la génétique. Il a démontré par ses expériences que s’il croisait deux pois (F1) ayant des caractéristiques différentes comme la couleur de la fleur, la taille des feuilles…  Alors les issus (F2) gardaient les caractéristiques d’un seul parent. Toutes les fleurs de ces jeunes pois avaient la même couleur et la même taille de feuilles.
    C’est comme s’ils avaient «perdu» l’une des propriétés. Lorsqu’il a croiséentre eux ces jeunes pois F2, les caractéristiques F1 sont réapparues parmi les issus de la génération F3. Mendel a appelé ces caractéristiques montrées par les F2 : Dominant. Et les caractéristiques cachées chez les F2 ont été nommées récessif.

    Actuellement nous appelons encore cela dominant et récessif. Cependant nous savons que  Mendel a découvert la «dominance complète». Il existe en effet d’autres formes de dominance. Nous connaissons déjà ces formes donc nous apporterons surtout quelques dispositions à retenir.

    Quelques concepts

    Nous savons que les gènes sont porteurs de caractéristiques et que ces gènes sont situés sur les chromosomes. Il existe des gènes s’occupant de la couleur des yeux, la couleur des pattes, la taille du bec… Les chromosomes se situent dans les cellules du corps : Ils sont stockés dans le noyau de chaque cellule. Dans chaque noyau de chaque cellule se trouvent les gènes pour la couleur des yeux, la
    couleur des pattes, la taille du bec... Cependant, le fonctionnement des gènes «couleur des yeux» se manifeste uniquement dans les yeux. Dans les pattes, les gènes «couleur de yeux» ne se manifestent pas. Chaque cellule «sait» donc où elle se situe dans le corps et quels gènes elle doit activer.
    Les chromosomes vont par paire, tous les gènes se retrouvent par paire. Pour le gène de la couleur des yeux, nous avons donc deux gènes. Ceci vaut également pour la couleur des pattes, la taille du bec... Ces deux gènes pour la couleur des yeux peuvent provoquer une couleur des yeux bleue. Il est également possible qu’un gène s’occupe de la couleur bleue et l’autre d’une couleur brune. (ce qui ne signifie pas que l’être aura un œil bleu et l’autre brun, le brun des yeux est dominant sur le bleu, donc les deux yeux seront bruns).

    Les formes de la dominance 1 Les formes de la dominance 2
     

    Lire la suite

  • Le mâle gris, en qualités et défauts

    Male gris eleveur loic leducq 1

    Les premiers diamants mandarins présentés en exposition étaient bien loin de ceux que nous avons à présent dans nos élevages. Des oiseaux filiformes et petit ressemblant en tous point à la majorité des oiseaux que nous trouvons actuellement à l’animalerie au coin de la rue.

    L’évolution ne sait pas faite en un jour mais elle a été relativement rapide. Ici nous parlerons du diamant mandarin gris, tous simplement car c’est ma spécialité et que je commence à bien le connaitre.
    On peut observer que les gris, qui est un classique (On appelle « classique » le gris et les mutations de bases que sont le : brun, dos pâle et masqué.),  présentés dans les grandes expositions n’est plus très loin du gris parfait. Le type et la taille sont pour la plupart d’excellent niveau et la différence se fait principalement sur la couleur.

    Pour repérer chaque termes descriptifs utilisés dans la suite de l'article, vous pouvez vous aidez de ce schéma : Termes descriptifs chez le diamant mandarin.

    1. Les principaux défauts des mâles gris

    Ces dernières années de nombreux défauts sont apparus dans les gris que nous avons le loisir de voir dans nos expositions. Je vais vous en présenter quelques-uns qui sont pour moi les plus couramment rencontrés en exposition ou dans nos élevages.

    a) Les zébrures derrières les joues

    1 traces de zebrures autour des joues

    Depuis environ deux ans, du moins d’après ce que j’ai personnellement remarqué, nous voyons apparaitre des traces de zébrures autour de la joue. Ce défaut est plutôt remarqué chez les gris joues noires, mais assez récent chez les mâles gris. Il est encore temps de l’éradiquer des souches de gris avant que ce soit totalement généralisé au diamant mandarin gris.
    De par la similitude au défaut présent chez les joues noires, je ne pense pas que l’on puisse l’assimiler à un facteur joues noires. En effet ce défaut apparait même dans les souches n’ayant aucune affiliation avec une souche de joues noires.

    Par contre on peut penser que ce phénomène est dû à une forte concentration d’eumélanine (noire), ce qui est recherché chez les gris pour un dos bien foncé et chez les joues noires pour une couleur bien noir intense.

    b) Larme qui se diffuse dans les joues

    Autre défaut, la larme qui donne une impression de diffusion dans la joue par la présence de quelques plumes noires dans celles-ci, et d’un trait sous l’œil. Généralement dans mon élevage ce sont des oiseaux qui ont des joues d’un châtain profond. Je pense que l’a encore, on peut l’assimiler à un excès d’eumélanine dans cette zone.

    2 eumelanine dans les joues

    Lire la suite

  • Dos pâle, masqué et masqué ancien type, trois versions alléliques

    Male dos pale gris

    Explications et accouplements

    Pourquoi, ces trois mutations combinées entre elles sont si difficiles à prédirent ?


    Tous simplement car on ne peut pas parler au niveau génétique de mutations différentes mais plutôt de versions alléliques d'un seul et même gène. Le dos pale, le masqué et le masque ancien type (AT) sont du a un même gène mais qui posséde trois versions alléliques. Vous pouvez retrouver le phénotype de chacun en photo dans cet article : Glossaire illustré des mutations chez le diamant mandarin.

    Pour bien comprendre faisons la parallèle avec l'homme, la couleur des yeux par exemple, quel que soit la couleur de nos yeux, notre couleur de l'iris et codé par le même gène, mais ce gêne possède de nombreuse version différentes (allèles) qui nous permettent d'avoir le panel de couleur que nous connaissons.

    Maintenant que nous en savons un peu plus, voyons comment chaque allèle se comporte l'une rapport à l'autre.

    Un petit tableau pour illustrer tout cela :

    Allèle \ allèle Dos pâle Masqué Masqué AT*
    Dos pâle X Dos pâle Dos pâle
    Masqué Dos pâle X Masqué
    Masqué AT* Dos pâle Masqué X

    * AT = ancien type

    Dans ce tableau à double entré vous pouvez voir qu'elle allèle domine l'autre, l’oiseau aura donc le phénotype de l'allèle qui domine. Attention, ce n'est pas parce que l'allèle est dominé qu'il n'influe pas. Cf. dos pale/masque AT : Le dos est plus dilué à cause de l'allèle masqué AT.

    De ce résultat nous pouvons en tirer les premières conclusions :

    - Le dos pale peut être porteur de masqué ou de masque AT.
    - Le masqué peut être porteur de masqué AT mais ne peut pas être porteur de dos pale (dos pâle domine le masqué).
    - Le masqué AT ne peut pas être porteur de dos pale, ni de masqué car ces deux derniers le dominent.

    Femelle masque gris ancien type anglaise 2016
    Femelle masqué gris ancien type

    A savoir :

    - Chaque oiseau possède deux chromosomes donc il possède deux fois le même gène (mais pas forcément le même allèle).
    - Le dos pâle, le masqué et le masqué AT sont des mutations liées au sexe, elles sont donc portées par les chromosomes sexuels. Chez les oiseaux le mâle possède deux fois le même chromosome sexuel (ZZ) et la femelle possède deux chromosomes sexuels différents dont un seul porte les gènes liés au phénotype (ZW, le W porte les gènes en lien avec le phénotype).
     
    Maintenant détaillons chaque accouplement possible. Commençons par le dos pale et le masqué ci dessous.

    Mâle dos pale X femelle masqué

    Femelle\Mâle ZDp* ZDp
    ZM ZDpZM* ZDpZM
    W ZDpW ZDpW

    *Dp = Dos pâle; *M = masqué

     

     

    Lire la suite

  • Importance et gestion de la lumière

    Dans les pays aux conditions climatiques clémentes et idéales pour nos oiseaux cela permet de les élever à l'extérieur ou avec suffisamment d'éclaircissement d'une pièce grâce au soleil présent.
    Il en est autrement dans d'autres pays et selon la période ou l'éleveur décide d'accoupler ses oiseaux. Parfois pour faire coïncider cette période avec les congés ou autres.

    Dans cet article, je vous décris des solutions que je connais pour pallier au manque de lumière et donner les bonnes conditions à nos oiseaux suivant les différentes périodes de leurs vie dans nos pièces d'élevage.

    1. Ce qu'apporte l'éclairage

    Un éclairage artificiel adapté pourra assurer l'activation de la vitamine D3 essentielle à la croissance des jeunes diamants mandarins.
    Une carence en vitamine D3 peut se traduire par un bec, une patte malformé ou mou. A l'inverse, n'aller pas dans l’excès de l'administration de complément de vitamines qui produira des effets encore plus néfastes.

    2. Ce que l'on recherche en gérant la lumière

    Cela permet de pouvoir élever aux saisons non propices pour recréer les conditions idéales. Simuler en quelques sortes au mieux ce qui permettra de stimuler les oiseaux à la reproduction ou au repos.
    En période hivernale, prolonger la luminosité peut permettre également de donner plus de temps aux oiseaux pour se nourrir afin de résister à de basses températures (Je pense au cas d'un élevage en extérieur).
    A l'inverse diminuer la longueur du jour peut vous aider à calmer un oiseau. Par exemple un mâle trop excité qui détruit le nid pour recommencer une ponte. Lui octroyer une pause dans un endroit sombre, peut le tempérer avant une autre tentative.
    Les changements de durée de luminosité entre 2 périodes doivent être progressifs. Un changement trop brutal peut provoquer des fausses mue ou comportement inhabituel. Un changement de 5 mn par jour convient. Vous noterez au fur et à mesure des changements de comportement, d'excitations lors de l'augmentation de cette durée.

    3. Les solutions pour gérer la lumière

    a) Cycle avec 2 programmateurs et 1 veilleuse

    La plus économique sera d'utiliser 2 programmateurs (mécanique ou électronique) et une veilleuse.

    Programmateur mecanique Programmateur electronique

    Les programmateurs mécaniques se dérèglent dans le temps, je vous conseille donc le modèle électronique plus précis.

    Partons donc sur un cycle mis en place avec ce matériel. 1 gérant le (s) néon(s) (programmateur n°1), 1 gérant la/les ampoule(s) (programmateur n°2) :

    - Le programmateur n°1 gérera l'allumage du ou des néons durant la journée soit pour complément de lumière ou simulation de la journée si vous élevez dans une pièce ne bénéficiant pas d'ouverture sur l'extérieur.
    - Le programmateur n°2 branché a(ux) ampoule(s) aura pour rôle d'avertir de l'extinction des néons au soir et de leurs allumage au matin. Il faudra choisir des ampoules de faible puissance adapté à la taille de votre pièce d'élevage et permettant malgré tout aux oiseaux de voir suffisamment pour se mettre en place pour la nuit.
    - Enfin, vous pouvez ajouter une veilleuse pour une lumière nocturne afin de réduire le stress des oiseaux.

    Cycle avec 2 programmateurs et 1 veilleuse a

    Ainsi maintenir un cycle régulier donnera des repères importants qui contribueront à assurer la sérénité de vos oiseaux.

    Par contre une bonne gestion d'un éclairage de qualité ne suffit pas à elle-même. Par exemple pour une préparation optimum à l'accouplement le prolongement de la journée devra être accompagné d'une alimentation adapté (plus riche en vitamine etc.) et de bains.

    b) Cycle avec un dimmer

    2e solution plus couteuse mais sans doute plus fiable et confortable qui consiste à installer un dimmer.

    Je vous conseille de choisir un modèle conservant les réglages (avec une pile interne) et qui redémarre automatiquement en reprenant les réglages que vous avez soigneusement mis en place après une coupure de courant électrique éventuelle.
    Les principes de gestion de la lumière reste les même que dans la première solution décrite ci-dessous.

    En prenant pour exemple le dimmer que je possède de marque Besser Elektronik modéle gold Star, vous aurez plusieurs options intéressantes :

    - Toutes les durées sont réglables indépendamment
    - Intensité des lampes de l'aube et du coucher est réglable
    - Possibilité de prolongation ou diminution de la journée en automatique
    - Allumage de l'éclairage pour une inspection nocturne
    - Capteur de luminosité (à ne pas utiliser, pour ma part, pour éviter le clignotement des néons)

    Voici un exemple de montage :

    Principe de montage eclairage piece d elevage

    Installer votre dimmer près de l'entrée/sortie de votre pièce sera aussi pratique.

    Lire la suite

  • Astuce : Comment garder les oeufs réunis dans le nid

    Nid plastique

    Si vous utilisez aussi ce type de nid cette astuce pourra vous servir.

    L'année dernière, un mâle mettait en désordre régulièrement les matériaux de son nid ou les enlevés. Dans le but certainement de recommencer une autre couvée.
    Le fond de ces nids étant plat, les œufs se retrouvés éparpillés et donc un risque de ne pas être couvés était fort possible.

    J'ai donc cherché une solution pour éviter ce désagrément. En essayant plusieurs type de fond de nid en forme concave, entre autre ceux en corde et fibre de coco, en les incorporant dans le nid en plastique. Ce mâle continué malgré tout à vouloir enlever ces fonds !

    Lire la suite

  • Comment reconnaître un mâle porteur de la mutation poitrine noire

    L’objectif de cet article n’est pas d'établir une règle imparable pour la reconnaissance d'un mâle gris porteur de la mutation poitrine noire. Il a plutôt pour but de réunir les indices qui pourront vous permettre de l'identifier.
    Pour ceci, chaque point de détail de la mutation est repris, selon ce que j’ai pu observer durant la sélection de ma souche de gris poitrine noire.

    Avant de commencer à analyser chaque indice possible, il me paraît important d'avoir à l'esprit que la mutation poitrine noire modifie la forme des dessins. Pour identifier un porteur de la mutation poitrine noire, je vous conseille aussi de prendre en compte l’ensemble des indices décrits dans cet article.

    Procédons et analysons le phénotype d’un gris poitrine noire de la tête vers les rectrices en comparaison avec un gris porteur de la mutation poitrine noire. Pour repérer chaque termes descriptifs utilisés, vous pouvez vous aidez de ce schéma : Termes descriptifs chez le diamant mandarin.

    1. Trait moustachial

    Poitrine noire (pn) : Le trait moustachial sera prononcé et d’un noir intense.
    Porteur poitrine noire (/pn) : Le trait moustachial pourra être plus prononcé que sur un gris, cependant cela ne constitue pour moi pas un indice suffisant.

    2. Trait de larme

    Poitrine noire (pn) : Le trait de larme disparaît (idéalement suivant le standard) ou seul un trait fin subsiste.

    1 trait de larme pn 1

    Lire la suite

  • Le sevrage des jeunes diamants mandarins

    Le sevrage des jeunes diamants mandarins 1

    Les jeunes diamants mandarins ont maintenant environ trois semaines ; cherchant à échapper au manque d’espace, à l’oppressante chaleur de la couvée ou voulant tout simplement découvrir le monde, ils vont commencer à sortir du nid.
    Cette sortie n’est pas définitive, car ils y retournent encore pendant 2 à 3 jours, mais de moins en moins souvent. Parfois, quand les jeunes commencent à grandir, l’un d’eux se met à voler hors du nid quelques jours avant la date de sortie prévue, vous pouvez le laisser hors du nid si les conditions le permettent, les parents continueront à s’en occuper. Si vous devez le remettre dans le nid, posez le doucement de préférence en soirée et gardez votre main devant le trou d’envol, jusqu'à ce que tous les jeunes aient retrouvés leur calme.
    Un matin lorsque tous les jeunes seront sortis, on ôtera le nid pour le nettoyer avant une nouvelle ponte ou en prévision de la saison de reproduction suivante. Le nid sera remis lorsque les jeunes seront sevrés et donc séparés de leurs parents.

    Il est fréquent que les parents entament une nouvelle pondaison avant la fin de sevrage des jeunes. Il n’y a pas de règles établies sur la question : Parfois les parents entament la couvaison tout en s’occupant des jeunes sortis du nid, parfois ils vont plumer les jeunes et cesseront de s’en occuper. A l’éleveur d’être attentif dans ses observations. A la maison, je préfère retirer les œufs pondus à même le sol pour les donner à un autre couple ou pour les redonner au couple après le sevrage lorsque le timing le permet.

    La période de sevrage correspond à la période ou le jeune oiseau va apprendre à se nourrir seul et ainsi acquérir son autonomie. C’est donc une période délicate où il va être important d’observer les oiseaux pour ne pas faire l’erreur de séparer trop tôt un jeune de ses parents. Généralement un jeune diamant mandarin va être sevré autour de 35 jours de vie. Encore une fois, l’observation est de rigueur ; et inutile de prendre des risques, c’est une question de quelques jours.

    Les jeunes oisillons ont été nourris par leurs parents qui ont régurgités les graines et/ou la pâtée qui est distribuée quotidiennement à cette période. Désormais ils leurs faut apprendre à décortiquer les graines et à les manger seuls. Plus vite les oisillons seront autonomes, plus vite ils seront sevrés.
    Les parents réduisent d’eux même la régurgitation de la pâtée.
    Mais si les jeunes en éprouvent le besoins ils iront en chercher seul c’est une nourriture facile d’accès qui leur servira de transition. Par ailleurs, certains éleveurs mettent à disposition des jeunes oiseaux des graines germées : Ces graines « molles » sont facile à décortiquer et à ingérer. Pour ma part, dès la sortie du nid, les oiseaux ont à disposition permanente du millet en grappe (rouge et jaune que j’alterne chaque jour).

    Pour les tous premiers jours vous pourrez faciliter l'accès des jeunes à la nourriture en utilisant des petits godets pas trop hauts, des couvercles à bocaux, petite assiette, ramequin placés dans le fond de la cage. Certains éleveurs (dont je fais partie) ne changent rien et gardent en place les mangeoires traditionnelles sans observer de problèmes particuliers.

    Pendant le laps de temps que dure le sevrage, les parents continueront à nourrir les jeunes mais de moins en moins souvent. Attention avant de séparer les jeunes des parents, de s’assurer qu’ils mangent bien seuls parce qu’un jeune enlevé prématurément risque d’être mal accueilli si vous le remettez avec ses parents, surtout si ils ont recommencés une ponte.
    Lorsque vous retirez vos jeunes, il peut être judicieux de les placer dans une volière avec d’autres jeunes déjà sevrés, ou un vieux mâle, une vielle femelle afin qu’ils terminent d’apprendre à se nourrir seuls. Enfin, certains jeunes sont plus tardifs que d’autres, alors prudence.
    A la maison faute de place pour la construction de volières,  j’utilise des grandes cages de 1m20 pour le sevrage des jeunes c’est tout aussi efficace a condition de mettre une quinzaine de jeunes par cages. Pour la nourriture, toujours du millet en grappe pendant une quinzaine de jours au moins, ainsi que de la « millade » (le millet qui tombe des grappes que je récupère auprès d’un producteur local). Pendant des années je donnais de la pâtée aux jeunes sevrés mais c’était une erreur car certains jeunes préfèrent cette nourriture facile à ingérer et l’arrêt de la pâtée posaient des soucis pour certains).

    Au cours de cette même période, le bec du jeune se colore et son plumage adulte se met en place. Le bec s’éclaircit en commençant de la base jusqu’à la pointe pour devenir rose, puis se colorera d’un rouge corail pour les mâles et rouge rosé pour les femelles.
    Le plumage caractéristique des mâles apparaît (flans, joues, gorge, plastron et barre de poitrine). Certains oiseaux très intensifs en couleur ont déjà les dessins dès la sortie du nid :

    Le sevrage des jeunes diamants mandarins 2

    Vers le troisième mois de leur vie les jeunes ont leur plumage définitif.

    Lire la suite

  • Le poitrine noire poitrine orange gris

    Le diamant mandarin gris popn 1

    L’objectif de cet article n’est pas d’imposer une direction d’élevage ou créer une polémique, mais de partager mon expérience de l’élevage, mes observations ainsi que les difficultés que je rencontre depuis une quinzaine d’années d’élevage de cette combinaison de mutations.

    Le poitrine noir est une mutation de dessin due à une répartition différente de l’eumélanime dans le plumage de l’oiseau. La mutation poitrine orange est une mutation de couleur : L’eumélanine des dessins est transformée en phaéomélanine brune orangée, qui tire vers la couleur rouge-rouille pour les meilleurs sujets. Il ne me semble pas importun de préciser en détail en quoi ce que chaque mutation que nous connaissons déjà, modifie sur l’oiseau muté.

    Le mâle de concours idéal, en plus d’une forme et une taille correcte tel un classique, ne doit pas avoir de rejet noir dans la poitrine, doit avoir une zone parotique (le lore : entre le bec et la joue) blanche, une poitrine qui monte le plus haut possible sous le bec, une forte extension des joues (les joues se rejoignent à l’arrière du crâne) sans écoulement sur le dos(qui pour moi représente une non sélection de l’extension de la couleur), un dos gris et non pas chargé de voile brun comme c’est souvent le cas, des dessins sur les rémiges primaires et secondaires (blanc+orange), une couleur rouge/rouille la plus intensive possible, un dessin de ventre (flammèches oranges) le plus grand possible. A cela il faut ajouter que les dessins de flans doivent être marqués d’ovales blanc sur fond orangé ; Les dessins des carreaux de queues sont bien sûr allongés.
    La femelle comme le male doit être grise de dos, de forme et de taille correcte, avoir un dessin de ventre (les flammèches)( à noter que ce dessin n’est pas orangé comme sur les mâles mais tire plutôt vers le gris-brun), des dessins de dos (sur le bord externe des rémiges), une poitrine qui remonte très haut, des dessins de joues orangées, des flans marqués de points et de couleur orangée également. La femelle doit-elle avoir des joues et flancs les plus rouge foncé possible ? Je n’ai pas de réponse. Ce qui est certain c’est que la première femelle PO n’avait pas de joues oranges et que le standard hollandais demandait des femelles sans joues il y a encore quelques années (maintenant il y a deux standards acceptés et jugés différemment : avec dessin et sans dessins… : type 1, type 2 dans les concours). La femelle sans joues dessinées garde des carreaux de queues le plus orange possible. La plupart de mes femelles en reproduction n’ont pas de joues, c’est un caractère que je ne sélectionne pas spécialement. Je lis parfois sur internet que pour sortir un bon male intensif en couleur il faut absolument une femelle avec des joues très orange, ce n’est pas vrai. On sort de très bon oiseaux en couleur avec des femelles sans joues pour peu qu’elles soient très grise. J’entends par « très grises » des oiseaux dont l’eumélanine prend le pas sur la phaeo. Cela ne veut pas dire que certains caractères ne doivent pas être présents (dessin de ventre, sus caudales, paupière etc.). Je peux affirmer que le femelle sans joue n’influence en rien l’intensité de la couleur sur les males).

    Le diamant mandarin gris popn 2

    Quelques particularités sont propres à la combinaison de mutation. Le poitrine orange semble intensifier l’extension de la couleur orange des dessins. On observe souvent des sujets avec une extension complète des joues à l’arrière du crâne, et ce avec une poitrine qui remonte très haut sous le bec (à comparaison avec un poitrine noire pur). Cette extension lorsqu’elle est importante, a tendance à colorer le lore. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui affirment que les oiseaux au lore orangé sont des oiseaux issus de black face. Cette coloration apparait aussi bien sur des issus de popn sans black face depuis plusieurs générations.
    Je ne sélectionne pas la couleur orangée du lore. Certes c’est un défaut présent dans mes oiseaux mais élevant des black face, je n’y fait pas attention. Dans les concours cela dépend beaucoup des juges mais en général, si l’oiseau est bon, ils ne se font pas lourdement sanctionner. A noter qu’il y a plusieurs sortes de lores orangés, qu’une photo ne montre pas bien. Des lores orange rouille comme la poitrine et qui viennent se fondre avec la joue (pas bon) ou un voile orangé, plus clair que la joue et qui se distingue encore (ça passe mieux). Mais sur des grand concours, c’est ce qui manquera au bel oiseau pour se classer face aux meilleurs.

    Le diamant mandarin gris popn 3

    Je ne sais pas si cette extention de couleur est responsable du dos orange chez certains males, mais alors que depuis trois ans je fais attention à la démarcation tête-dos dans ma sélection des reproducteurs, j’ai remarqué que je n’ai pas sorti de « dos oranges » alors que c’est arrivé 7-8 fois avant.

    Autre particularité de la combinaison de mutation, le dessin du ventre. Ce dessin se caractérise par des flammèches oranges à partir de la poitrine, qui descendent parfois jusqu’au cloaque. Je me souviens d’avoir participé à la discussion du standard français lors de sa relecture il y a quelques années. Ceux qui l’ont écrit n’ont pas voulu rendre ce caractère obligatoire (car difficile à obtenir ?...). Il faut pourtant le prendre en compte car cela peut influencer la sélection des éleveurs dans une mauvaise direction.

    Voici une liste non exhaustive des difficultés rencontrées dans l’élevage des POPN :

    - La combinaison est « à la mode ». Beaucoup d’éleveurs débutants choisissent cette couleur car c’est recherché et cela « se vend » mieux qu’un gris classique. Cela entraine une multitude d’oiseaux de très mauvaise qualité car peu travaillés. Les gens en recherche d’oiseaux popn veulent des oiseaux terminés et n’ont pas souvent de souche de classique utile au travail de la combinaison de mutation. En faisant seulement des accouplements popn X popn (avec ou sans black face), la qualité des oiseaux à tendance à diminuer au fur et à mesure des générations. Autre souci également, c’est la difficulté de reconnaitre les oiseaux mutés pour un œil non averti. Beaucoup d’oiseaux intermédiaires sortent et peuvent mettre l’éleveur, parfois le juge, dans le doute. Un bon PN porteur PO par exemple et inversement peut apparaitre comme un popn. Chez les femelles c’est pire ; il est parfois difficile de reconnaitre une bonne pn porteuse po d’une mauvaise popn.

    - Le gris popn est bien différent du brun popn et est plus difficile à faire, ce qui est compréhensible au regard de l’eumélanine grise chez les gris. Dans la sélection de l’intensité de couleur, on sort pas mal d’oiseaux avec des rejets noirs dans la poitrine. Ce sont souvent des oiseaux dont la couleur rouille est très bonne et dont la couleur de dos est bien grise. Attention, ce sont de très bons oiseaux de travail qui, s’ils sont bien accouplés, donneront de très bons oiseaux de concours. Beaucoup d’éleveurs utilisent des bruns popn pour faire disparaitre ces rejets. Je suis d’accord avec cela quand c’est fait avec parcimonie. Des bruns à chaque génération donnent à mon avis des gris au ventre trop crème, au dos trop voilés de brun. Dans mon élevage, j’utilise des femelles brunes popn parfois mais j’essaie de ne jamais remettre de gris porteur de brun sur des femelles brunes. C’est pour ça que je ne sors pratiquement pas de mâles brun popn d’ailleurs. Idem les retours sur classique, je n’utilise que des gris. J’ai lu sur un site qu’il ne fallait pas accoupler gris sur brun car les gris seraient trop voilés de brun, et les bruns seraient trop ternes. C’est vrai uniquement à long terme. On peut obtenir de superbes gris avec un accouplement avec une femelle brune, et de superbes femelles très chaudes avec un accouplement brun ou porteur de brun X grise.

    - Beaucoup de popn rencontrés sont de petite taille. Je ne sais pas si c’est du à une mauvaise sélection ou à des accouplements successif de mutés X mutés. Sans retour sur des classiques, je ne pense pas possible d’améliorer la taille de ces oiseaux.

    Le diamant mandarin gris popn 4

    Femelle grise porteuse POPN

    Lire la suite